Inquiétante chute de la production des légumes en Algérie

L’indisponibilité ou la pénurie de certains légumes et fruits en Algérie s’explique beaucoup par une chute importante de la production agricole dans ce domaine en raison des effets inquiétants du réchauffement climatique et de la sécheresse qui frappent de plein fouet le pays depuis 2021. Cette chute de la production agricole concerne surtout les cultures maraîchères, a-t-on pu apprendre en consultant les données du ministère algérien de l’Agriculture.

Il convient de souligner, de prime abord, que La culture maraichère représente la culture de végétaux à usage alimentaire. Elle peut regrouper la culture de légumes ou de potagers comme les tomates, aubergines, melons, poireaux, salades, radis, choux, concombres, cultures de baies. En Algérie, les cultures maraichères, qui

constituent l’une des principales cultures de la production agricole en Algérie, ont vu leur valeur ajoutée en volume baisser à 135,6 millions de quintaux en 2022 contre 146,3 millions de quintaux en 2021, soit une baisse significative de 7,3 %. Ceci s’explique principalement par la baisse de la production des pommes de terre de 11,6 % et celle des oignons de 11,3 % contre une croissance notable de la production de l’ail de 29,1 %, peut-on constater à la lecture des données les plus actualisées du ministère algérien de l’agriculture.

Cette chute de la production explique en grande partie la forte inflation qui touche les produits agricoles frais en Algérie. Selon le dernier Indice des Prix à la Consommation (IPC) de l’Office National des Statistiques (ONS), en septembre 2023 et par rapport à septembre 2022, l’évolution des prix des biens alimentaires

enregistre un taux de +13,9%. Les prix des produits agricoles frais inscrivent une variation de +24,1% avec un taux de +34,6% pour les légumes.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page